Mettre en œuvre et utiliser la charge virale : outils pratiques
Mesure Charge Virale VIH en Côte d'Ivoire

6 ans après son lancement au Burundi, au Cameroun, en Côte d’Ivoire et en Guinée, le projet OPP-ERA a permis d’améliorer significativement l’accès à la charge virale à travers les plateformes ouvertes et polyvalentes : 11 laboratoires ont été réhabilités, équipés et sont fonctionnels pour la mesure de la charge virale, plus de 180 000 charges virales ont été réalisées et plus de 300 professionnels de santé ont été formés.

La mesure de la charge virale est le seul moyen de vérifier le succès du traitement contre le VIH. Les difficultés d’accès à la charge virale compromettent les efforts mondiaux pour traiter les personnes vivant avec le VIH. En 2014, l’ONUSIDA a fixé l’objectif « 90x90X90 » pour que d’ici 2020, 90% de toutes les personnes vivant avec le VIH puissent connaître leur statut sérologique, 90% des personnes diagnostiquées séropositives aient initié un traitement contre le VIH et 90% des personnes traitées aient une charge virale indétectable, preuve du maintien d’un traitement efficace.

Au delà de la solution technique, le projet OPP-ERA a travaillé depuis le début avec les partenaires nationaux pour mettre en place un plan de transition qui permettra la continuité des activités à la fin du projet. Aujourd’hui, les Programme Nationaux de Lutte contre le VIH appuyés par les différentes structures des Ministères de la Santé poursuivront les activités de mesure de la charge virale.

Après 6 ans, le projet OPP-ERA s’est clôturé en Côte d’Ivoire, au Burundi et en Guinée

« Article précédent

Ils/Elles ont choisi la biologie moléculaire pour lutter contre le VIH dans leurs pays

Un nouveau laboratoire de biologie de moléculaire au Centre Hospitalier Régional de Daloa, Côte d’Ivoire

Article suivant »

Un nouveau laboratoire de biologie de moléculaire au Centre Hospitalier Régional de Daloa, Côte d’Ivoire